Thérapie parodontale au LASER

La thérapie parodontale au LASER (Nd :YAG) nous permet de traiter de façon efficace et prévisible la parodontite. Il nettoie et désinfecte les poches parodontales grâce à son action stérilisante, anti-inflammatoire et biostimulante. Combiné à un détartrage et un surfaçage radiculaire, ce traitement offre d'excellents résultats. Il permet le ré-attachement des tissus le long de la racine des dents et la régénération de la structure osseuse. Le concept de la thérapie au LASER (LANAP) à vu le jour dans les années ’80. Depuis, il est le seul protocole accepté par le « U.S. Food and Drug Administration » pour le traitement des maladies parodontales.

Nombreux sont les avantages d’utiliser le LASER pour le traitement de la parodontite :

  • aucune incision;
  • aucune suture;
  • moins de douleur post traitement;
  • absence de saignement;
  • absence d’enflure;
  • ré-attachement de la gencive sur les dents;
  • régénération osseuse autour des dents en une procédure;
  • moins de contraction tissulaire, donc résultat plus esthétique;
  • diminution des récessions, en conséquence, diminution de l’hypersensibilité;
  • délai de guérison plus rapide.

Procédures du traitement 

Afin d’éliminer tout inconfort, la procédure est effectuées sous anesthésie locale. Une petite fibre de LASER est insérée entre la dent et la gencive. Deux à quatre rendez-vous sont nécessaires pour procéder au traitement; nous traitons une moitié ou un quart de bouche à chaque visite.

 

image

A. Sondage des « poches » parodontales.

B. Irradiation des bactéries par les pulsations du LASER, ablation sélective de l’épithélium et dénaturation des tissus nécrosés.

C. Détartrage et surfaçage radiculaire à l’aide d’un appareil ultrasonique et d’instruments manuels pour éliminer les dépôts minéralisés sur la surface de la racine.

D. Finalisation du débridement parodontal avec le LASER, ce qui active la formation d'un caillot.

E. Formation du caillot sanguin et de la « fibrine ». Ils s’attachent à la dent et créent un « milieu fermé ».

F. Ajustement de l’occlusion.

G. Régénération de l’attache épithéliale.