Traitement de la maladie parodontale

Phase initiale / Réévaluation / Traitements chirurgicaux / Phase de maintien

 

Phase initiale 

La phase initiale du traitement consiste à éliminer la plaque dentaire et le tartre sous les gencives par le biais d’un détartrage et d’un surfaçage radiculaire*. Afin d’assurer votre confort et nous permettre une qualité de travail, ce traitement est fait sous anesthésie locale. De plus, afin d’optimiser le résultat à court et à long terme, il est important de procéder à un enseignement des mesures d’hygiène buccale pour assurer le contrôle adéquat de la plaque dentaire, principal facteur responsable des maladies parodontales.

*Le surfaçage radiculaire permet d'éliminer les dépôts minéralisés (cément « malade ») et de désorganiser les bactéries au niveau des racines. Les tissus parodontaux vont s'assainir, la gencive pourra se ré-attacher sur la racine et ainsi éliminer ou réduire les « poches parodontales ».

Aussi, afin d'éviter la contamination croisée des zones traitées versus des zones non traitées, il est essentiel d'effectuer le traitement de toute la bouche dans un délai rapproché.

Finalement, certains traitements connexes peuvent être nécessaires dans le but de réduire ou d’éliminer les facteurs de risques contribuant à l’instabilité ou à une mauvaise réponse du traitement :

Après le traitement, l’inconfort est généralement minimal. Il est possible de ressentir une sensibilité au froid puisque dans le processus de guérison la gencive se contracte, ce qui peut entraîner une exposition de la racine. L’utilisation de dentifrice désensibilisant peut aider à remédier à la situation.

Réévaluation

La réévaluation est la phase du traitement qui a pour but d’évaluer la réponse de la gencive à la suite des traitements initiaux. Elle s’effectue 6 à 8 semaines après le dernier rendez-vous de surfaçage. Normalement, on note une diminution des « poches parodontales » et du saignement. Si toutefois, une ou des poches parodontales persistent, il est possible de retraiter les zones plus sévères.

N.B. Ce rendez-vous est important puisqu’il permet d’établir le pronostic parodontal à court, à moyen et à long terme en plus de déterminer quels autres traitements seront nécessaires. Qui plus est, les mesures prises lors de la réévaluation serviront de référence dans le suivi de votre état parodontal.

Traitements chirurgicaux

Lors de la réévaluation, il est possible d’observer une persistance d’une ou de plusieurs « poches parodontales ». Les traitements chirurgicaux sont alors recommandés dans le but d'améliorer la stabilité à long terme de l'état des gencives.

N.B. Parfois, l’élimination des facteurs de risques (plaque et tartre) n’est pas suffisante pour prévenir la progression ou la récidive de la maladie. Réduire la profondeur des « poches parodontales » s’avère être nécessaire dans le maintien de la santé buccale. En effet, des poches plus profondes sont pour vous et pour les professionnels des soins dentaires plus difficiles à « nettoyer », ce qui complique le maintien de la santé parodontale et de votre santé en général. C’est pourquoi il est important d’envisager un traitement pour les éliminer ou du moins, les réduire.

Chirurgie parodontale

La chirurgie parodontale est une chirurgie mineure. La procédure consiste à décoller la gencive autour des dents afin d’avoir une vision et un accès direct pour pouvoir enlever la plaque et le tartre qui n’ont pu être délogés lors de la phase initiale. Elle permet aussi de réduire les « poches parodontales » par l’ablation de l’excès de gencive.

Régénération osseuse guidée

La régénération osseuse guidée est utilisée afin d’effacer les effets destructeurs de la maladie parodontale. 

(Perte osseuse = défaut osseux = poche parodontale)

La régénération osseuse guidée permet de corriger un défaut osseux* à l’aide de matériaux régénérateurs d’os. Les matériaux encouragent l’os à se régénérer afin de permettre une revitalisation de l’os et du ligament parodontal, réduisant ainsi le défaut osseux et la « poche parodontale ».

regeneration osseuse2

*Un défaut osseux vertical seulement.

Phase de maintien

Il est important de noter que la maladie parodontale ne se guérit pas, mais se stabilise. Pour bien contrôler la maladie, il est primordial de réduire les facteurs de risques. Comme les études le démontrent, les bactéries présentes dans la plaque dentaire sont pathogènes seulement 9 à 11 semaines suivant un « nettoyage ». Alors, il est essentiel d’effectuer un maintien tous les 3 ou 4 mois afin d’éliminer la plaque. Afin d’atteindre une santé parodontale stable, il est préférable d’avoir de bonnes habitudes d’hygiène buccale quotidienne et d’éliminer les facteurs aggravant la maladie tels, le tabagisme, le diabète non contrôlé, le stress, etc.